fbpx
0
Santé

Droits et aides : ce dont peuvent disposer les personnes en situation de handicap

Toute personne de plus de 20 ans souffrant d’un handicap intellectuel, physique, psychique ou sensoriel peut bénéficier de droits financiers mais également d’aides. Ils sont attribués par les Commissions des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) siégeant dans les Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) de chaque département.

 

Découvrons les maintenant ensemble 👇

L’Allocation Adulte Handicapé (AAH)

Instaurée par la loi du 11 février 2005, l’Allocation Adulte Handicapé a pour but de fournir aux personnes en situation de handicap, sans ressources ou avec des ressources modestes, un revenu minimum garanti pouvant évalué à 900 euros maximum.

 

Pour y avoir le droit, plusieurs conditions sont requises :

– Avoir entre 20 et 60 ans. Si vous avez plus de 16 ans et moins de 20 ans, vous pouvez également obtenir l’AAH si vous avez cessé de remplir les conditions ouvrant droit aux prestations familiales.

– Etre atteint d’une incapacité permanente au moins égale à 80 %, ou inférieure à 80 % à condition de présenter une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi, et de ne pas avoir atteint l’âge minimum légal de départ à la retraite.

– Avoir la nationalité française ou disposer d’un des titres de séjour ou documents justifiant la régularité du séjour en France.

– Disposez de ressources modestes : les revenus de votre année de référence ne doivent pas dépasser le plafond fixé selon votre situation familiale. Ces ressources sont examinées par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) puis par la Caisse d’allocations familiales, organisme qui verse cette prestation.

Le Complément de ressources (CPR) de l’AAH

Depuis le 1er décembre 2019, Le complément de ressources est supprimé. Il donne droit au versement mensuel d’une somme de 179,31 euros environ. Cependant,  si vous perceviez cette aide jusqu’à cette date, vous continuez d’en bénéficier sous réserve de remplir les conditions suivantes :

– Avoir moins de 60 ans.

– Bénéficier de l’AAH en ayant un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 %.

– Avoir une capacité de travail inférieure à 5 % du fait du handicap. 

– Ne pas avoir perçu de revenu d’activité à caractère professionnel propre depuis un an tout en  disposant d’un logement indépendant.

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La Prestation de Compensation du Handicap est une aide personnalisée destinée à financer les besoins liés à la perte d’autonomie des personnes handicapées. Elle couvre notamment les aides humaines et matérielles, l’aménagement du logement et du véhicule, les surcoûts liés au transport ainsi les aides spécifiques ou exceptionnelles. Elle peut être utilisée par chacun des bénéficiaires à domicile ou en établissement. 

 

Pour y avoir le droit, plusieurs conditions sont requises :

– Résider en France de manière stable et régulière, à domicile ou dans un établissement.

– Présenter une difficulté absolue pour réaliser au moins 1 activité essentielle (liée à son handicap). Est qualifiée d’absolue lorsqu’elles ne peuvent pas du tout être réalisées par la personne elle-même

– Présenter une difficulté grave pour réaliser au moins 2 activités essentielles (liée à son handicap). Est qualifiée de grave lorsqu’elles sont réalisées difficilement et de façon altérée par rapport à l’activité habituellement réalisée par une personne du même âge et en bonne santé.

La Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

De manière générale, la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé est la démarche officielle qui permet à toute personne porteuse d’un handicap ou d’une maladie chronique de bénéficier de dispositifs spéciaux ou d’aménagements dans le monde du travail.

 

Si vous êtes en recherche d’emploi, la RQTH permet d’accéder à des dispositifs d’insertion spécifiques vers l’emploi comme des stages, un apprentissage, des réseaux spécialisés « Cap Emploi », Agefiph, des aides à la création ou reprise d’entreprise, ainsi que des accès à des contrats aidés).

Elle permet également de bénéficier de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés, ce qui peut être un atout pour décrocher un poste car les entreprises, particulièrement les grands groupes, y sont de plus en plus sensibilisés. 

Si vous avez déjà un emploi, vous pouvez plus facilement demander à votre employeur un aménagement de poste ou d’horaires ou de l’achat de matériel adapté par exemple. L’employeur bénéficie en effet de services et d’aides financières si le salarié a la RQTH. De plus, des formations qualifiantes ou un bilan de compétence adapté à votre situation peuvent être envisagés.

 

Comment obtenir cette reconnaissance ?

La RQTH est délivrée par la MDPH pour une durée variable selon les situations personnelles, allant de un à cinq ans renouvelables. Pour l’obtenir, deux conditions sont  possibles :

Si vous avez déjà fait une demande d’Allocation adulte handicapé (AAH), rien à demander de plus. La demande de RQTH est automatiquement faite en parallèle.

Si vous n’avez pas demandé d’AAH, contactez la MDPH de votre département de résidence, ou consultez leur site internet, pour vous procurer un formulaire de demande.Joignez-y un certificat médical, rempli par votre médecin traitant et détaillant toutes les difficultés que vous pose votre handicap ou affection chronique.

L’Allocation d’éducation de l’enfant en situation de handicap

Etre parent d’un enfant en situation de handicap demande parfois beaucoup de disponibilité. Selon le niveau de handicap de l’enfant, les dépenses liées aux soins et à son éducation varient considérablement. Parfois même, l’un des parents est contraint de cesser son activité pour s’occuper de son enfant et l’intervention d’un tiers (infirmière à domicile par exemple) peut s’avérer nécessaire dans certaines situations. Ainsi, pour aider les parents à faire face à ces dépenses, l’Etat leur accorde une aide financière (L’AEEH), d’un montant de 132,21 euros pouvant être majorée selon le niveau de handicap de l’enfant. 

 

Pour y avoir le droit, plusieurs conditions sont requises :

– L’enfant handicapé doit résider en France de façon permanente.

– Doit être âgé de moins de 20 ans.

– Doit avoir un taux d’incapacité au moins égal à 80 % (sauf s’il fréquente un établissement d’enseignement adapté ou si son état nécessite le recours à un dispositif d’accompagnement ou à des soins).

Leave a Reply